Sarah Guerra, Membre de l’Association d’Argentine et internationale des critiques d’art (AICA), également secrétaire régionale de AICA pour l’amérique latine et des caraïbes.

Traduit de l’espagnol, citation sans annotation: 

Antoine Gaber est un peintre canadien de réputation internationale. Entretenant une grande passion pour la nature, son œuvre est considérable. On peut affirmer que nul paysage n’est au-delà de ses capacités. L’océan, les forêts enneigées, les prairies, les rivières, les fleurs… tout ce qui peut être peint, il le fait. Il est reconnu comme un impressionniste; un artiste contemporain qui épouse un style dont les racines sont toujours vivantes. Même si les œuvres de Gaber se réclament des peintres impressionnistes (comme l’amour des paysages ou le goût de capter l’ambiance et le moment précis), il manifeste aussi une grande créativité personnelle.

Manet et les autres impressionnistes avaient une perception de l’instant quelque peu différente, immédiate et fugitive. Cela est constaté dans l’observation des procédés employés dans leurs dessins (esquissés à toute vitesse), l’emphase sur la couleur et le fait qu’ils substituaient aux ombres foncées des tons d’un bleu froid. Les impressionnistes sont reconnus pour arrêter leur regard à quelques centimètres de l’original créant ainsi dans leurs œuvres un certain flou dans la forme. Cependant, au-delà des similitudes et des différences, il faut préciser que les œuvres d’Antoine Gaber possèdent leurs qualités propres issues de son style personnel et de son étonnement face à la nature. Son travail véhicule son sentiment intérieur : le besoin de créer une image qui est une manifestation de la vie; le besoin de transformer la matière inerte en quelque chose de vivant. C’est le souhait de l’artiste véritable qu’est Antoine Gaber.

Antoine Gaber est un authentique coloriste qui capture l’ambiance spirituelle de chaque paysage et ses ombres infinies. D’une grande sensibilité, il réussit à distinguer chacun d’eux afin d’inventer un monde qui soit l’expression du sens universel. Utilisant les beaux arts, ces puissantes impressions qu’il ressent face à la nature en mouvement sont traduites en images qui respirent, qui vibrent. Son style propose un trait bien défini, pendant que ses ombres et lumières et parfois son sous-entendu « clair-obscur » révèlent la nature propre de chaque motif. C’est un observateur qui s’arrête, admiratif, devant la qualité particulière d’un boisé ou d’une fleur mais sans délaisser les grandes scènes paysagistes.

Par cette œuvre originale, Antoine Gaber, en cette époque troublée, affirme l’héritage de beauté laissé par les impressionnistes, nous aidant à conserver certaines valeurs en voie de disparition. L’artiste sait que dans la nature de belles harmonies attendent d’être découvertes par ceux qui s’y approchent avec les yeux et le cœur ouverts.

Sarah Guerra, Membre de l’Association Argentine des Critiques d’Art et de l’Association Internationale des Critiques d’Art.

Juillet 2005

SARAH GUERRA

Née à Montevideo (Uruguay). Elle travaille comme critique d’art et comme chercheure à Montevideo et Buenos Aires depuis 1975. Elle est aussi historienne d’art. Mme Guerra a collaboré à plusieurs livres d’art dont Quarante dessinateurs Argentins et Quarante sculpteurs argentins.

Elle se distingue comme critique d’art dans plusieurs media de communication dont Radio Nacional et Radio SODRE, en Uruguay.

Membre de l’Association Argentine des Critiques d’Art et de l’Association Internationale des Critiques d’Art et membre du Département Régional de l’Association Internationale des Critiques d’Art (IAAC) pour l’Amérique Latine et les Caraïbes.