Sensibilitation – CONFÉRENCES

ITALIE, FLORENCE – Biennale Internazionale dell’Arte Contemporanea

Le talent de l’artiste a été dévoilé dans de nombreuses expositions tenues dans diverses villes européennes qui ont été des occasions de plus pour faire connaître davantage le programme PASSION POUR LA VIE. L’une d’entre elles était la prestigieuse Biennale Internazionale dell’Arte Contemporanea (Italie, 2005), au cours de laquelle plusieurs prix et distinctions ont été décernés à l’artiste en reconnaissance de la qualité de son art et de ses interventions sociales à l’échelle internationale.

Antoine Gaber lors de son discours à la cérémonie de lancement de la Biennale Internazionale dell’Arte Contemporanea.

Le message d’Antoine Gaber, énoncé lors de sa brève allocution, a touché le cœur de plusieurs de ses collègues artistes; il a par ailleurs reçu un incroyable appui de bon nombre d’entre eux, issus de partout dans le monde. Ce soutien exceptionnel lui offre désormais de nombreuses possibilités à l’échelle internationale avec d’autres artistes pour étendre davantage sur le globe sa campagne de financement PASSION POUR LA VIE, comme une force artistique internationale commune pour appuyer la sensibilisation au cancer et la recherche.

En 2007, à la Biennale internazionale dell’Arte contemporanea, tenue en Italie, 840 artistes, originaires de plus de 70 pays, de nombreux visiteurs ainsi que des représentants du gouvernement italien et de pays étrangers ont assisté à la présentation « Passion pour la vie » d’Antoine Gaber.

Durant l’allocution d’Antoine Gaber étaient présents en guise d’appui le président et le directeur de la biennale, Pasquale Celona et Piero Celona, de même que l’actrice hollywoodienne, Anne Archer, qui leur a décerné le prix Artists for Human Rights pour leur soutien au programme des Nations Unies, « Dialogue entre les civilisations », auquel ils participent officiellement depuis 2001.

La présentation d’Antoine Gaber sur le cancer dans le monde a eu des répercussions révélatrices, particulièrement lors de sa séance interactive avec le public. Antoine Gaber a demandé aux personnes présentes de lever une main si elles étaient atteintes de cancer ou si elles connaissaient un ami ou un membre de leur famille atteint de cancer et, si elles connaissaient plus d’une personne, de lever les deux mains. Le nombre important de mains levées a été un choc pour l’assistance, et le message a semblé bien s’ancrer dans les esprits quant à quel point le cancer peut affecter nos vies, non seulement autour de nous, dans nos familles et parmi nos amis, mais aussi à travers le monde. L’émotion dans l’assistance était à son comble quand Antoine Gaber a demandé s’il y avait des survivants au cancer parmi les personnes présentes. À peine quelques mains se sont levées, et Antoine Gaber a saisi cette occasion pour reconnaître l’exploit extraordinaire de ces individus exceptionnels qui ont réussi contre toute attente à défier la mort et à survivre à cette terrible maladie. Antoine Gaber a expliqué pourquoi le programme « Passion pour la vie » est important, et à quel point celui-ci peut faire une différence dans la vie de chacun grâce à la sensibilisation au cancer et sa prévention précoce, mais aussi à travers une recherche accrue pour lui trouver une cure.

Antoine Gaber a terminé la présentation en déclarant que c’est seulement comme une force artistique unie, à l’échelle mondiale, pour la sensibilisation au cancer et la recherche dans ce domaine que nous pourrons guérir cette maladie. Il a invité tous les autres artistes présents à la biennale à adhérer au programme de collecte de fonds « Passion pour la vie » et à contribuer à le faire connaître davantage de par le monde.

La conférence d’Antoine Gaber au cours de laquelle il a présenté sa mise au point sur le programme « Passion pour la vie » a suscité l’intérêt de la télévision qui a en a profité pour interviewer l’artiste et chercheur dans le domaine du cancer, et du même coup, pour interviewer les personnalités de marque présentes telles la présidente de la Commission de la santé et des politiques sociales de Florence, le secrétaire de la Fondation de l’Hôpital pédiatrique Meyer, le président et le directeur de la biennale de Florence, ainsi que la coordonnatrice de la manifestation « Passion pour la vie » à la biennale.

Dans les entrevues et les discussions, le principal sujet abordé concernait l’utilisation de l’art à la biennale de Florence et du programme « Passion pour la vie » comme véhicules à l’échelle internationale pour diffuser un message important au monde, soit d’augmenter la sensibilisation au cancer et sa prévention et d’appuyer les collectes de fonds pour lutter contre cette terrible maladie. Limiter l’emploi du nucléaire devient alors une stratégie de prévention planétaire de première importance. Encore aujourd’hui, au Japon, 63 ans après la catastrophe atomique d’Hiroshima, la présence de cancer chez les enfants est une grande préoccupation. Certains hôpitaux au Japon collaborent actuellement à la recherche avec l’Hôpital pédiatrique Meyer à Florence, afin de découvrir un traitement au cancer et d’accroître sa prévention chez les enfants du Japon.


MEXICO, STATE OF QUINTANA ROO

En février 2007, le peintre impressionniste Antoine Gaber a organisé au Mexique la première exposition artistique internationale de groupe “Passion Pour La Vie”. Le lancement a eu cours au “Museo de la Cultura Maya dans la ville de Chetumal, dans l’État de Quinata Roo. L’exposition de groupe « Passion pour la vie » a été parrainée par plusieurs représentants officiels de marque du gouvernement mexicain, des conservateurs de musée, des critiques d’art et de généreux commanditaires de manifestations (Fundación Oasis, Hotel Sens, à Cancun, et Livingston Travel, Europe) contribuant ainsi à l’immense succès du programme « Passion pour la vie » d’Antoine Gaber.

L’inauguration officielle de l’exposition artistique « Passion pour la vie » a été amorcée par un discours d’introduction au public et aux médias, suivi de la cérémonie de la coupe du ruban en présence des représentants officiels de marque du gouvernement mexicain, des critiques d’art et de quelques artistes participants, en compagnie d’Antoine Gaber, peintre impressionniste et fondateur du programme « Passion pour la vie ».

Parallèlement à l’exposition artistique au musée, des activités liées au programme « Passion pour la vie », dont une série de conférences scientifiques, ont été présentées par le peintre impressionniste et chercheur en cancérologie, Antoine Gaber, dans différentes universités et musées d’importance, situés dans l’État de Quintana Roo, au Mexique.

Les conférences scientifiques d’Antoine Gaber avaient deux objectifs. Le premier consistait d’abord à accroître la formation du public en matière de santé en le sensibilisant au cancer et, plus important encore, à accroître la prévention et le diagnostic précoce chez les jeunes générations, dans l’espoir de semer des résultats positifs pour l’avenir. Le second objectif de ces présentations visait à promouvoir auprès du public les diverses œuvres artistiques en exposition au musée de tous les artistes participants, par l’entremise de présentations artistiques virtuelles d’un bout à l’autre de l’État.

À titre de fondateur du programme « Passion pour la vie », le peintre impressionniste Antoine Gaber a reçu une reconnaissance toute particulière des universités et du gouvernement mexicain, et des conservateurs de musée, pour son dévouement et sa contribution à la culture et à la promotion des arts, et à la fois pour son appui à la sensibilisation au cancer et aux collectes de fonds.

Les activités entourant le programme « Passion pour la vie » se sont clôturées dans l’État de Quintana Roo avec deux soirées de gala exceptionnelles dans le luxueux Hotel Sens, parrainées par la Fundación Oasis. Le gala a débuté par une conférence scientifique présentée au public par le peintre impressionniste et chercheur en cancérologie, Antoine Gaber, suivie d’une présentation artistique virtuelle de toutes les œuvres exposées au Museo de la Cultura Maya et qui a été ensuite commentée par les artistes et par les critiques d’art présents.